La question ci-dessus posée est tout à fait légitime quand on sait que Windows Defender est installé par défaut au sein du plus célèbre des systèmes d’exploitation à savoir Windows et qu’en parallèle, les éditeurs proposant des antivirus payants pour ce même OS ne connaissent pas la crise. Comme beaucoup d’entre vous je me suis souvent posé la question sans vraiment trouver sur la toile une réponse satisfaisante. C’est pour cette raison que je me suis lancé dans des recherches pour y voir plus clair. Je vous invite à lire cet article en espérant qu’il vous aidera à avoir une autre opinion de Windows Defender.

Windows Defender : Notre avis

Sécurité

Le centre de sécurité Windows Defender offre une protection de base contre les virus, les chevaux de Troie, les logiciels de rançon et autres formes de logiciels malveillants. Il est installé par défaut avec Windows, de sorte que même si vous ne souhaitez pas installer une solution tierce, votre système dispose au moins d’un certain niveau de protection contre ces menaces. En outre, le programme détecte automatiquement les autres systèmes antivirus que vous avez pu installer. Il est donc facile de supprimer les anciens scanners si vous souhaitez confier à Windows Defender le soin d’être la seule protection contre les menaces en ligne.

windows defender avis

Forte approbation des laboratoires de test

Après avoir évalué Windows Defender pendant trois jours, j’ai été agréablement surpris par la richesse des fonctionnalités de cet outil gratuit par défaut. Je ne suis pas non plus le seul à l’apprécier : le laboratoire indépendant AV-Test a fréquemment classé Defender parmi ses dix meilleures solutions de détection de virus et le programme a obtenu un score parfait pour la suppression des logiciels malveillants (mes échantillons de test ont tous été détectés).

Seule mise en garde : l’outil ne détecte pas et ne supprime pas de nombreux vecteurs de logiciels malveillants dits “à faible risque”, tels que les logiciels publicitaires car la plupart des utilisateurs peuvent s’en accommoder. Si les logiciels publicitaires peuvent gonfler votre système avec des fenêtres contextuelles gênantes, l’expérience est globalement bien moins irritante que de voir votre système détourné (ou votre identité volée) par un logiciel de rançon laissé libre.

En parlant de logiciel de rançon, il y a aussi une belle intégration avec la plate-forme de stockage en ligne de Microsoft, OneDrive, pour se protéger contre cette menace toujours croissante. Les utilisateurs peuvent copier leurs dossiers personnels critiques dans OneDrive via Defender, de sorte qu’ils puissent toujours y accéder au cas où ils seraient bloqués par un virus exigeant le paiement d’une rançon. Mais il n’y a pas de protection contre les menaces réelles de rançon, juste une intégration avec un autre produit Microsoft (payant).

Caractéristiques

En plus de la protection contre les virus et les menaces, Windows Defender comprend également le pare-feu Windows Defender avec sécurité avancée. Cet outil n’est pas particulièrement convivial mais il vous permet de créer et d’administrer des règles de pare-feu complètes pour les protections entrantes et sortantes. Les pare-feux sont essentiels pour protéger la sécurité de votre réseau local, c’est pourquoi j’ai été impressionné par l’exhaustivité de l’outil de Microsoft.

Il existe également une protection contre le phishing qui s’intègre automatiquement, par défaut, aux propres navigateurs de Microsoft : Microsoft Edge et Internet Explorer. J’ai testé quelques URL de phishing connues sur phishtank.com et elles ont toutes été signalées avec succès par le système. Malheureusement, je ne pouvais pas en dire autant de Google Chrome, qui me permettait d’accéder aux mêmes URL sans les signaler comme suspectes (et oui, j’avais activé l’option “vous protéger des sites dangereux”). Pour ceux qui souhaitent ajouter la protection Defender à Chrome, le plugin Windows Defender Browser Protection doit être installé à partir du Chrome Web Store.

Options de contrôle parental riches en fonctionnalités

Ce qui m’a vraiment impressionné, c’est le fait que Defender inclut un filtre complet de contrôle parental. Ces paramètres sont configurés en ligne dans le nuage et les comptes Windows des membres de la famille peuvent être ajoutés afin que leur accès puisse être surveillé et contrôlé par un administrateur de la famille. En fait, Microsoft vous permet même de créer des comptes Windows spéciaux pour vos enfants et les paramètres de protection seront automatiquement appliqués chaque fois qu’ils se connecteront et navigueront sur le net en utilisant Microsoft Edge (vous voudrez verrouiller l’accès aux autres navigateurs si vous les avez installés).

En plus des fonctionnalités de liste blanche et de liste noire, les administrateurs peuvent configurer des limites de temps et des rapports déroulants sur l’activité de navigation. Si les contrôles parentaux sont acceptables pour un antivirus gratuit, ils ne ressemblent en rien à ceux que vous obtiendriez avec Norton ou Panda.

Facilité d’utilisation

Windows Defender est préinstallé sur chaque PC Windows et, si aucun autre antivirus n’est installé, il est automatiquement activé. Naturellement, cela signifie qu’aucune installation n’est nécessaire. Le programme offre une protection immédiate. Les paramètres sont administrés dans deux zones : le Centre de sécurité de Windows Defender, qui comprend une analyse antivirus, un contrôle parental, un pare-feu de base et des boîtes de dialogue de santé du système et le pare-feu Windows Defender avec sécurité avancée. Ce dernier est mieux réservé à un usage expert mais le Centre de sécurité lui-même est rapide et simple à utiliser.

Windows Defender comparable aux antivirus payants ?

A en croire la dernière étude d’AV Comparatives sur le sujet, l’antivirus gratuit édité par Microsoft n’a rien à envier aux logiciels concurrents. En effet, selon cette étude comparative, l’antivirus maison de la firme de Redmond est parvenu à réaliser un sans-faute en ayant réussi à détecter 100% des attaques simulées par cette étude réalisée sur 18 antivirus différents.

Seuls 4 de ces logiciels sont parvenus à un tel score ce qui permet donc de qualifier Windows Defender d’antivirus capable d’assurer pleinement la protection de votre PC contre les principaux virus et malwares connus à ce jour.

Pourquoi payer quand on peut se protéger gratuitement ?

A ses débuts, Windows Defender a longtemps souffert d’une mauvaise image à cause de ses faibles performances. A l’époque, de nombreux utilisateurs comme moi, préféraient alors le désactiver et procéder à l’installation d’un antivirus digne de ce nom pour assurer la protection de nos précieuses données stockées sur notre PC.

Les logiciels d’antivirus concurrents ne considèrent donc pas vraiment Windows Defender comme un concurrent étant donné que Microsoft ne communique pas suffisamment pour louer ses performances. Pourtant, l’étude menée par AV comparatives devrait inciter Microsoft à revoir sa copie. On pourrait se poser la question de savoir pourquoi communiquer autour d’un logiciel gratuit et installer par défaut ?

Cependant, en le faisant Microsoft vanterait également les bienfaits de son système d’exploitation lequel assure à l’utilisateur une protection minimale contre la grande majorité des virus connus à ce jour.

Comment activer Windows Defender ?

Lorsque vous ouvrez pour la toute première fois votre PC fonctionnant sur Windows, sachez que Windows Defender est activé par défaut. Cependant, il vous est possible de le désactiver au profit d’une autre solution pour la sécurité de votre ordinateur.

En parfait gentleman, Windows Defender se désactive automatiquement dès que l’utilisateur que vous êtes procède à l’installation d’un autre antivirus. En privilégiant ce logiciel, vous faites le choix d’une application de sécurité travaillant en parfaite harmonie avec votre système d’exploitation et capable de scanner tous vos accessoires tels que clé usb, carte micro sd…

En plus d’être gratuit, Windows Defender n’a pas besoin de beaucoup de ressources système pour son fonctionnement contrairement à certains logiciels concurrents.